Inook

Février 1993 à Octobre 2003

*mémoires de Loup

Arrivé en deuxième position il a vécu en appartement la première année de sa vie à Paris.
C’est en accompagnant un ami chez un éleveur que mon cœur fut frappé par ce splendide rouquin aux yeux vairons.

L’éleveuse m’assura qu’il était déjà réservé pour un particulier qui souhaitait faire uniquement de la reproduction aux yeux bleus.
Après avoir insisté lourdement auprès de l’éleveuse, ne pouvant me résoudre à l’idée de ne pas adopter ce petit loup que Féline avait déjà si bien accepté qu’enfin l’éleveuse accepta de me le vendre.
Inook devint alors le compagnon de Féline et au travers de nos aventures parisiennes autant que Chartraine
il connut au fur et à mesure le reste de la meute dont il fut également le papa de beaucoup…

C’est un chien très digne, très fier, qui cause souvent de sa voix rauque,
il ne fait pas le loup, n’aboie pas mais miaule lors des chaleurs, et lorsqu’il souhaite être près de moi !
Inook est mon compagnon de chemin, mon confident quand j’ai le blues, il comprend tout, ressent tout également, quand je lui chuchote à l’oreille certains mots il réagit dans l’instant… Il n’aime pas trop faire de “léchouilles”, c’est rare, mais il aime se blottir et me suivre partout où je vais !

Inook n’est pas un bon chien de course, trop lourd, trop court, mais alors, quelle démarche !!
Tel un cheval, il rebondit sur ses pattes comme sur des coussins d’air, la queue en forme de croissant, la tête haute, le nez en l’air.
Nous l’avons présenté à quelques expositions canines où il s’en est très bien sorti mais n’étant pas l’endroit idéal d’un tel chien ni de sa maîtresse nous avons vite arrêté pour continuer les entraînements sportifs.
Inook, ainsi que Féline, furent à l’origine d’un club parisien et de nos premières courses.

Premières émotions, premières “randos”, c’est donc en vélo 1 chien et 2 chiens qu’il commença son initiation.

Puis avec le reste de la tribu il connut l’attelage 4 chiens puis 6 chiens et 10 sur terre… Il n’aimait pas plus que cela les entraînements jusqu’au jour où son fils “Mytook” arriva et se plaça à coté de lui.
Avec la concurrence , la hiérarchie du père prit sans doute toute sa valeur, il eut enfin le goût au “will to go” et donna le meilleur de lui-même jusqu’à maintenant encore… C’est un très bon chien de rando et de canapé !

Inook a une grande place dans mon coeur !

Féline n’étant plus là, il est à lui seul, la première page qui a marqué il y a 12 ans le début de ma passion.
C’est un chien tranquille qui ne cherche pas les conflits, il ne répond guère aux menaces des plus jeunes ou de ses cousins…
Trop fier, trop sage sans doute pour s’abaisser à de telles “pécadilles” !
Si je devais lui donner une image d’homme il serait un vieux “sage indien” observant du coin de l’œil sa tribu, se dorant au soleil, la brise du vent lui rebroussant le poil… et observant tous mes mouvements afin de ne pas me quitter d’une moustache !
Pour finir il plaît aux femelles et il faut surtout savoir qu’Inook est le “cow-boy le plus rapide de l’Est”, sur 3 semaines de chaleurs il sait exactement le jour précis, l’heure et l’endroit où il doit prendre sa femelle, malgré toutes les vigilances “humaines”.

C’est le plus rusé de mes chiens, l’eau tranquille qui attend le moment propice, la petite faille où il pourra attaquer en douceur sans que personne ne se rende compte de son stratagème bien que 2 fois mais pas 3 !
C’est ainsi qu’il fit quelques bébés à quelques chiennes de copains, à présent il nous sert de testeur de chaleurs : pour connaître le jour “J”,
il suffit d’y mettre une truffe de “Inook” et là,
le spectacle commence. “Accrochez vous” !!!


*mémoires de 2003


Inook a eu une tumeur au cerveau très rapide et douloureuse aussi il a fallut le soulager peu de temps après les premiers symptômes!
Ma peine fût si grande que j’ai écrit quelques mots.
Merci à mon amie de coeur LILI qui pour ne pas me laisser faire la route seule était venue avec moi d’ ALSACE à MAISON-ALFORT pour l’IRM D’INOOK.


LIRE LA SUITE EN CLIQUANT SUR LES YEUX D’INOOK