Jusqu’au bout des rêves !

Portrait de Nanou Monterin musher , passionnée du grand Nord et des peuples amérindiens.
Graphiste free-lance kumiak-design

Qui n’a pas voulu vivre ses rêves
au moins une fois dans sa vie?

On dit souvent que la raison d’être d’un adulte vient de son enfance, alors il faut parfois chercher bien loin dans le passé pour connaître ce qui nous fait vibrer; certains mettront plusieurs années à trouver sa passion et son but dans la vie, d’autres moins . L’important est de croire en soi et en ses projets, afin de se sentir heureux, vivant, et d’apporter un peu de couleurs au tableau de notre vie.

Pas comme les autres ! Voilà ce que j’ai toujours voulu être depuis ma plus tendre enfance. C’est ainsi que la petite fille banale que j’étais a essayé de se détacher de la masse, en adoptant un look excentrique comme tout les jeunes de 16 ans dans les années 1980 sur Paris et des idées bien particulières; j’étais aussi en quête d’histoires extraordinaires que j’avais plaisir à raconter et  surtout, j’étais habitée par une passion qui ne m’a jamais .

J’aimais le dessin et la littérature mais ma plus grande fascination naissait devant les reportages télévisés sur les expéditions polaires vues à la T.V. sur Paul Émile Victor ou Jean-Louis Étienne, et également dans les livres traitant des peuples Inuits et leurs chiens arctiques.

Mon adoration pour les chiens de traîneau n’a cessé de mûrir au fil des années et c’est secrètement que je rêvais d’un tel compagnon. Nous sommes en 1991 et j’ai 22 ans, je menais déjà une vie de couple, et c’est alors que mon rêve de môme se réalisa; par un beau matin d’hiver, alors que le ciel jouait de ses flocons de neige, Féline, une toute petite chienne huskie arriva, avec son regard bleu glacé et sa fourrure argentée.

Nanoukia dog-side view

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais elle m’a emmenée avec force vers d’autres horizons.
Ce petit loup des neiges nous a littéralement bousculés dans notre façon de vivre, de faire, de penser.
Nous avons revu l’agencement de notre appartement afin de l’adapter à notre chien, organisé de longues sorties en forêt et en montagne.

Nous avons découvert un sport formidable dans lequel réside une vraie complicité entre l’homme et l’animal. ” le mushing”
Il a fallu s’instruire à travers des livres ( Ma Vie pour un Rêve / Dix chiens pour un rêve François Varigas,..), créer du matériel ( ligne de trait, laisse, collier, kart, trottinette …).
Nous avons rencontré des gens venant de tous les milieux, de tous les horizons, vivant la même passion; que ce soit au travers du sport de traîneau, des courses, des expos, ou encore des expéditions polaires, chacun y trouve son bonheur.

Au fil des années, la famille “nordique” s’est agrandie : Inook a rejoint Féline . Nous avons créé un club sportif ( LE MALARTIK CLUB le nom d’une ville au canada ) .
Dans le souci de donner le maximum à nos chiens, nous avons quitté Paris : nous disposions ainsi d’un terrain pour nos 2 chiens.
Et puis dans la foulée Jinka, Jessie, Loupiotte, Kumiak, Mytook, Mytika, Quézac, Nanook et Mogwai nous ont rejoints et ont constitué une meute durant 7 années ! C’est ainsi que j’ai ressenti mes premiers frissons en traîneau, pendant mes premières courses et mes premières randos; j’ai organisé des démonstrations pour un public affamé/féru/passionné de chiens nordiques.
Féline n’est plus. Mais elle reste le début d’un commencement, un chemin qui m’a été donné, comme un souffle de bonheur immense.

Quand on réussit à vivre sa passion il faut aller au bout des choses sinon elles restent inachevées comme une fleur à qui il manquerait les couleurs, ou un vieux livre aux pages blanches.

Nanoukia dog-side view

Décembre 2000

J’ai 32 ans, 10 années se sont écoulées et c’est un matin que j’ai choisi à nouveau de vivre pleinement ce qui m’habitait, aussi c’est sans hésitation à 32 ans que nous avons laissé avec Franck nos amis, familles, emplois pour nous rapprocher plus près des monts enneigés afin de donner à nos 11 loups un endroit encore plus adapté.

Derrière chaque rêve un autre naît.. et c’est plein de projets que j’ose espérer construire un espace nordique ouvert au grand public, de vivre encore de belles années avec ma meute sur les reliefs vosgiens qui nous offrent chaque jour un spectacle de toute beauté.

Jusqu’où peut-on aller pour l’amour d’un chien ?
Chacun y trouvera sa réponse, pour ce qui est de la mienne je dirais
que je n’ai pas encore aperçu les frontières et qu’après chaque montagne une autre m’apparaît !
L’amour que j’ai porté à Féline, je l’ai ressenti aux travers de ses yeux,
au touché de son poil, je l’ai vécu dans nos expéditions, notre complicité, nos résultats, des paysages et moments à jamais figés.

Ce qu’elle m’en a laissé ?
Un savoir, un vécu, un bonheur immense et une tristesse intense,
des amis, une continuité, une meute, une force et des rêves à concrétiser.
C’est dans cette race que j’ai trouvé toute l’adoration qu’enfant j’éprouvais pour les peuples autochtones, un amour pour la nature, les montagnes, le grand blanc.

Une façon de vivre aussi un peu différemment des autres à l’heure ou nous roulons avec les plus belles voitures, moi ma jaguar est mon traîneau et ses chevaux sont mes chiens de traîneau.

Nous avons choisi un style de vie pas toujours facile car il faut de gros moyens
et il est facilement critiqué par les uns quand tout va mal, mais aussi envié par les autres quand tout va bien.
Il y a toujours des imprévus, des choses que l’on ne calcule pas et le fait
de se battre pour ne pas avoir une vie banale et programmée peut nous emmener sur des chemins de fortune mais aussi de temps en temps sur de belles routes.

A l’aube de ce 3ème millénaire, alors que le monde vibre de toutes ses forces, je peux dire que je n’ai pas eu peur de tout recommencer et d’aller à nouveau vers l’inconnu avec pour seul bagage mes chiens des neiges.

En ce jour de Décembre, je suis encore l’enfant d’hier, pleine de projets.
Ma force réside en ce que je crois et ce que je fais, habitée par la passion de réaliser mes rêves de gosse au travers d’un animal exceptionnel et d’un style de vie particulier.

Nanoukia dog-side view

Décembre 2010

 j’ai 42 ans, 10 autres années se sont encore écoulés … que dire sur le flash back de ma vie? sinon que j’ai été fidèle à mon rêve de môme et que j’ai accomplis tout ce dont j’ai rêvé enfant et une fois adulte .
La meute n’existe plus … mais nous avons vraiment été très heureux dans différentes Régions de France, nous avons rencontrés des gens incroyables tout au long de ces années .

Je peux dire que j’ai réussi cette partie de ma vie .
Bien sur leur absence physique me fut difficile à surmonter après ces plus de 20 années de fusion.
j ai dû accepter leurs disparition, apprendre à vivre sans eux aussi ..
et puis à l’heure où je pensais que cette page de ma vie allait se tourner bien que je sois à Lyon avec une vie de citadine tout comme il y a 20 ans j’étais sur Paris, une autre surprise arriva …

Baikal ! une jeune Malamute, certes ce n’est pas un Huskie mais ça reste un nordique !
et c’est très bien ainsi car je ne souhaitais pas avoir les mêmes chiens … Baikal qui m’a été offerte par ma meilleure amie dans le mushing , Karine que j’ai rencontré il y a plus de 20 ans et avec qui j’ai vu grandir nos meutes, nos clubs, nos courses et notre passion commune ..

j’en viens à me dire que la vie est tout simplement incroyable !!!
20 ans après je me trouve avec encore 1 fois un seul chien, qui est attelé à un vtt comme à mes débuts … un chien noir et blanc , une femelle, offerte un peu comme un cadeau d’amitié et de fidélité depuis toutes ces années !

Beaucoup de coïncidence qui ne le sont pas finalement :o)
tout ça pour dire et j’en suis convaincu que quand nous avons une passion au fond de nous , peu importe l’endroit où nous sommes, la personne avec qui l’on vit, comment nous faisons les choses … quand c’est là … au fond de nous ça restera à tout jamais !

Hier midi j’avais une chienne Huskie nommée Féline et je vivais a PARIS, j’étais jeune et pleine de rêves ..
Hier soir j’avais une Meute de 11 huskies nommée la tribu Kanooblak avec qui j’ai concrétisé tous mes rêves de môme dans les VOSGES.
Ce matin à Lyon j’ai une chienne Malamute nommée Baikal qui me montre chaque jour encore un peu plus que la vie est comme un tatouage , ce qui est gravé sur notre peau l’est pour la fin des temps !!!

Ce monde dans lequel nous vivons est devenu encore plus superficiel depuis ces dix dernières années qu’il ne l’était déjà auparavant .. le fait de rester dans mon univers me permet de m’en détacher  de savourer les vraies valeurs, les vraies rencontres.

Je ne sais pas si j’ai d’autres rêves car je me sens tellement épanouie d’avoir été au bout de ma passion.
mais une chose est sûre, chaque matin quand je me lève, voir Baikal est un vrai bonheur , elle me ramène à la tribu des 11 , souvent je lui montre les tableaux de chaque chien dans le couloir pour lui dire combien ils étaient extraordinaire .

Baikal est une extension de la tribu, elle ne les remplacera jamais , mais elle a tout plein d’histoire à raconter tout comme j’aimerai vous raconter l’histoire de la meute « c’est sans doute un autre rêve» qui commence et quoi j’espere se finira quelque part dans une cabane au canada :o))

Nanoukia dog-side view

A dans 10 ans :o) Nanou MONTERIN

Portrait de Nanou Monterin musher , passionnée du grand Nord et des peuples amérindiens.
Graphiste free-lance kumiak-design


photo de jessie – last day -16 ans – 2009